Actualités

Article publié le
08/05/2022

CCN salariés de l’agricole privé : le compte n’y est pas ! Journée d’action le 18 Mai !

En 2019, les employeurs ont fait le choix de dénoncer la convention collective. Et il est important de rappeller qu’elle s’appliquera bien à TOUS : « Anciens » et « futurs » salariés.

1608051205-4e945689faa948c5185bbe526d351a8b.jpg

L’ancienne convention collective est bien « enterrée » et quand bien même le salarié en poste conserverait son salaire au 1er septembre voire son temps de travail, les évolutions de salaire (  minimes) et les avantages conventionnels seront bien ceux de la nouvelle convention et le compte n’y est pas malgré tout le travail de la Fep-CFDT qui a réussi à faire évoluer des premières propositions inacceptables. 

 

 

Un manque de reconnaissance des salariés :

Le projet de convention collective du CNEAP a pour effet de figer les salaires dans le temps et ne reconnaît plus l’expérience acquise des salariés en poste. Nous parlons de perte allant pour certains à plusieurs dizaines de milliers d’euros sur une carrière (150 000€/les evs B sur une carrière). « Comment peut-on admettre une telle dégradation de nos rémunérations. » déclare Vincent Garaud pour la Fep-CFDT.

Des baisses de salaires énormes qui se répercuteront sur les retraites, sur les primes de licenciement.

 

Dégrader les conditions de travail et les salaires pour pallier au problème de recrutement des personnels ?

Le projet de convention collective dégrade fortement les conditions de travail et les rémunérations, qui voudra venir ou rester dans l’enseignement agricole privé ? Nos futurs collègues seraient contraints de travailler plus (jusqu’à plus de 10%) pour des salaires inférieurs. Pour Vincent Garaud (négociateur Fep-CFDT) : « Le système est aberrant, un formateur de technique embauché à la rentrée 2022 n’atteindra jamais de sa carrière la rémunération qu’il aurait eu à la même date en étant embauché un an plus tôt ! »

L’objectif de la convention collective est de faire réaliser aux établissements des économies sur leurs masses salariales en ne reconnaissant plus l’expérience acquise et en faisant travailler les nouveaux plus pour moins. Il introduit également des jours de carences, car selon les employeurs nous abuserions des arrêts maladie !!!

 

Ce que nous voulons :

Nous réclamons notamment :

  • 1% par an au titre de l’ancienneté (ce n’est même pas l’inflation, ni ce que nous avons actuellement)
  • L’absence de jour de carence.
  • Une indexation au SMIC de la rémunération minimum conventionnelle
  • Des temps de travail équitables entre nouveaux et anciens

Action le 18 Mai 

  • En conséquence, la Fep-CFDT appelle les salariés à rejoindre les actions de débrayage organisés dans les lycées. Nous appelons tous les salariés de droit privé à nous rejoindre :
  • Au siège du cneap Bretagne à Arradon le Mercredi 18 Mai à 15H30
  • Prendre contact avec vos délégués d’établissement, élus CSE, délégués syndicaux ou la fep-CFDT

 VOIR LA VIDEO D'APPEL A L'ACTION : 

 

 


Journée d'action le 18 mai
    Contactez-nous    

Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique


©2017-2022 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales | Plan du site