Edito

Une année désastreuse pour le système éducatif et ses acteurs

Pour la FEP CFDT Bretagne, l’année 2018/2019 n’a pas été de tout repos.

327452-rentree-scolaire-a-l-ecole-harouys-a-nantes-le-05-septembre-2011.jpg

Les échéances électorales, CCMA, CCMI, CCMMEP puis ici ou là, celles des CSE permettent à la FEP de montrer ses couleurs et de bénéficier d’une réelle dynamique. La place de 1ersyndicat pour la FEP en région comme au national et pour toute la CFDT représente un gage de confiance des salariés et nous donne une responsabilité supplémentaire.

Cependant, nous sommes confrontés aux dérives d’une politique gouvernementale, arrogante, incompétente et désastreuse. Comment, dans le contexte actuel, la CFDT peut-elle apporter sa pierre à l’édifice pour mener une politique à la fois empreinte de justice sociale et de transition écologique ?

La crise sociale de cet hiver, violente, douloureuse, parfois conviviale, porte en elle un mal être très profond. La République, mal gouvernée, est heurtée par ceux qui se sentent abandonnés et trahis. Citoyens bernés, ils se révoltent contre celle qui n’a pas su les protéger ; loin de la démocratie, les monstres, aux aguets, rôdent….  Nous les avons reconnus aux élections européennes. Pour la CFDT, la campagne électorale aurait dû promouvoir une Europe à vocation sociale, écologique, citoyenne et économique…Moins d’abstention que prévu, les résultats n’en demeurent pas moins inquiétants.

Au niveau du système éducatif, le ministre qui impose une Ecole dite de la confiance au lieu d’avoir simplement confiance dans les acteurs de l’Ecole se moque de nous ! En réformant à la hussarde, sans concertation réelle et sans préparation mûrement réfléchie, il condamne le système éducatif à régresser, les enseignants à résister et à manifester, interdisant ainsi toute évolution positive.

De ce fait, toutes les organisations syndicales se sont mobilisées cette année, parfois dans l’alliance, parfois dans la cacophonie.  L’intersyndicale du privé n’est pas passé inaperçue. Mobiliser aujourd’hui est devenu extrêmement compliqué : les motifs de se manifester ne manquent pourtant pas. La FEP CFDT a proposé des AG, s’est invitée au Rectorat et à la DRAAF, dans les préfectures, à la permanence de R. Ferrand..., a provoqué des temps de manifestations significatives et médiatisées, mais n’a pas toujours fait le plein ….  Il nous faut aussi trouver des modes d’actions mobilisateurs et novateurs. Cet exercice difficile est au centre des débats dans les 4 syndicats départementaux de Bretagne.

La rentrée devra être le théâtre de nouvelles démarches pour faire aboutir les principales revendications portées ces derniers mois.  Seule, notre détermination nous permettra d’évoluer avec sérénité dans notre métier et, à défaut d’être pleinement respectés, de tout faire pour l’être !

Bonnes vacances !

Bernard Le Page



©2017-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales | Plan du site