Actualités

Article publié le
24/06/2022

50è Congrès CFDT de Lyon – 13 au 17 juin 2022, élus FEP bretons, on y était !

Tous les 4 ans, la CFDT réunit l'ensemble de ses syndicats, représentant différents champs professionnels et régions françaises, lors d'un congrès qui permet de dresser le bilan du mandat écoulé à travers son rapport d'activité, et pour définir le pl

 Le congrès permet des débats et des choix, un temps de démocratie d'une semaine intense, rythmée par des prises de parole et les votes de l'ensemble des congressistes. Les deux premiers jours ont été dédiés à 104 interventions de militants sur leurs activités de champs professionnels. La suite a été consacrée à de nombreuses présentations (CNAS, suivi juridique, pacte de pouvoir de vivre), à des amendements (sur le projet de résolution à voter en fin de congrès), à l'élection du nouveau bureau national, ainsi qu'à des interventions de syndicats internationaux, d'Afghanistan, Ukraine, Hong Kong, Vénézuéla, Espagne, qui ont profondément émues l'ensemble des participants. Un message commun à tous : il n'est pas aisé de défendre la démocratie, et c'est pourtant le premier outil de défense des travailleurs, où que nous soyons sur la planète. 

Un amendement au projet de résolution était particulièrement attendu des congressistes, comme des journalistes présents : celui concernant la retraite (à quelques jours à peine du 2è tour des législatives, sujet rebattu régulièrement par le Président Macron). Laurent Berger, Secrétaire Général, a énoncé fermement qu'il porterait son opposition à un départ à 65 ans. Un débat a eu lieu sur une phrase du projet de résolution : « l'allongement de l'espérance de vie peut justifier une augmentation de l'âge moyen de liquidation ». Cette phrase qui pouvait être ambiguë a été menée aux débats contradictoires de plusieurs syndicats CFDT. L'amendement a été retenu à 67,5% des voix et la résolution est devenue : « l'allongement de l'espérance de vie ne peut justifier une augmentation de l'âge moyen de liquidation ». Cela permet clairement d'affirmer que la CFDT combattra pour conserver l'âge légal de départ à 62 ans et qu'il n'est pas question de parler d'allongement de trimestres de cotisations.

Lors des interventions, quatre syndicats FEP ont abordé les conditions de travail dans les écoles, aggravées par cinq années de Blanquer. Deux d'entre elles ont été portées par la FEP 35 et FEP 29. Ce qui a été reproché est de ne pas avoir suffisamment abordé et contré les problématiques de l'enseignement à la Blanquer, accrues par le contexte sanitaire, dans le rapport d'activité (120 pages), mais aussi par la confédération (organe central de la CFDT). Alors que l'on nous promet un énième « grand débat » dès la rentrée prochaine, avec une conclusion déjà promise de « privatiser » plus encore les écoles, et donner toujours plus de pouvoirs à nos directeurs (cooptés sans concours, aux compétences et éthique des plus aléatoires d'un établissement à l'autre), l'urgence a été portée sur l'importance que la CFDT et sa confédération s'empare au plus vite de la situation. Bien que la résolution de ce congrès comporte des éléments abordant enfin « l'École », aucun amendement de la FEP n'avait été accepté au débat, ceci constituant somme toute une énième frustration. Nous avons été entendu : Laurent Berger (lors de sa réponse sur les interventions sur le rapport d'activités) a promis d'y accorder attention et moyens confédéraux.. A suivre donc, la rentrée promet déjà d'être agitée, en espérant d'être porteuse de bonnes idées pour remédier enfin aux maux les plus dévastateurs de notre profession !







    Contactez-nous    

Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique


©2017-2022 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales | Plan du site