Edito

Un quinquennat pour quelles conditions de travail ?

Nous allons voter dans les jours et les semaines à venir.
Voter pour quel enseignement demain, voter pour quel avenir du métier ?

licencieement_2.jpg

A la lecture de plusieurs programmes de différents candidats, nous ne  pouvons qu’être inquiets.

Autonomie, annualisation, bivalence, réformes sont des leitmotiv dans lesquels on peut insérer beaucoup de choses et imaginer des dérives potentielles.

Laisser un chef d’établissement choisir ses enseignants, laisser une « liberté de fonctionnement » aux structures, créer un avancement de carrière au « mérite »… cela ressemble beaucoup plus à des systèmes anglo-saxons qu’à notre modèle actuel.

L’enseignement catholique, à travers ses « contributions aux élections présidentielles », montre bien qu’il prône cette autonomie libérale et pédagogique.

Nous l’avons vu lors de ce début de campagne des mutations quand les directeurs du Morbihan ont manifesté leurs désaccords avec la répartition de leurs moyens en bloquant la transmission de leurs TRM (tableau de répartition des moyens) au rectorat.

Veut-on de cette autonomie là ou veut-on que l’État continue à assurer, à assumer, son rôle d’employeur garant d’une équité de fonctionnement à tous les élèves et à tous les enseignants ?

Alors votons, votons pour défendre nos idées, nos valeurs et pour exprimer que nous tenons à une éducation nationale forte, unie et égalitaire pour chacun.

 

O. Schouten



©2017-2022 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales | Plan du site